• lesensdesreves

Vacances ou rentrée?

J'avais promis dans mon dernier article une interprétation complète du rêve "Rentrée". Mais les vacances scolaires viennent à peine de commencer, voilà qui tombe mal! Pourtant, ces thèmes reviennent régulièrement dans nos rêves, peu importe la saison ou le calendrier. C'est que pour les rêves, dans le monde immatériel inconscient, le temps ne se mesure pas, il ne s'écoule pas de manière linéaire, il ne se décline pas en passé, présent, futur. Il n'existe qu'un éternel instant présent et de multiples espaces. Je ne vais pas m'attarder ici sur ces notions de physique quantique assez complexes et difficiles à se représenter (mais ce n'est pas impossible, soyez rassurés!), car je les aborde dans mes formations. Pourtant, les rêves puisent dans ces concepts pour composer leurs messages cryptés. Ils les utilisent non pas pour nous parler du temps qui passe mais plutôt des états qu'ils représentent. Qu'est-ce qu'un état de vacances? Qu'est-ce qu'un état de rentrée? Voilà les questions que vous vous poserez dorénavant quand vous chercherez le sens des images dans vos rêves.


Chose promise, chose due, voici le rêve en question (déjà publié dans "Créativité printanière") et son interprétation:


C’est la rentrée, je suis inscrite dans une classe de bons élèves, comme il se doit. La vérité est que je n’ai pas fait mes devoirs et que j’ai honte d’avouer que je ne suis pas capable de suivre en anglais comme en mathématiques. Je rejoins le collège en car le matin en me demandant comment camoufler mon absence de travail et un retard accumulé impossible à rattraper. Je me sens incompétente et me perds dans les couloirs du collège pour sécher les cours et ne pas être exposée et décevoir. Je préfère passer pour quelqu’un qui n’a pas le sens de l’orientation plutôt que pour une incompétente, tire-au-flanc et décevante. Je me débine. Je passe sous les fenêtres de la classe mais les fenêtres sont si basses que le professeur me voit. Tout le monde se demande ce qui m’arrive et je m’embrouille dans une cascade d’excuses bidon. Pourtant, toute la classe m'accueille à bras ouverts, on m'acclame. C'est mon anniversaire. L'une de mes camarades de classe (ayant l'apparence d'une femme mûre, comme les autres d'ailleurs) me propose de me donner des cours particuliers. J'accepte, en me disant que c'est une solution.

Dans mon article précédent, je donnais une interprétation succincte de ce rêve, car le message qu'il contient me semble universel: se poser mille questions en attendant d'être (enfin) prêt (e) à se lancer dans une nouvelle activité, en attendant d'avoir suffisamment d'argent, de garanties, d'être à la retraite, d'avoir pris son indépendance, d'avoir eu tel diplôme, que les enfants soient partis ou enfin nés ou d'avoir soldé une dette ou emprunté etc, etc.... ne sont - de l'avis des rêves - que des prétextes pour ne pas oser, ne pas tenter de se renouveler et, au fond, ne pas vivre pleinement. On s'invente beaucoup d''excuses, on s'explique, on argumente pour justifier l'immobilisme, lequel est, quelque part, le refus de vivre! La vie est en mouvement, elle est mouvement et vouloir la figer, être conservateur, est une entreprise vouée à l'échec puisque qu'aucun d'entre nous n'a pu, malgré de dérisoires gesticulations (pouvoir, accumulation de biens matériels, notoriété etc...) éviter, jusqu'à nouvel ordre, de la vivre et donc, de mourir. Je ne sais ce que vous en pensez, mais je trouve tout ça somme toute plutôt drôle. J'ai entendu dire que des personnes particulièrement fortunées tentaient la congélation (la congélation!!!) pour échapper à leur condition humaine. C'est assez parlant non? Les rêves, en tout cas, sont là pour nous aider non pas à retenir ce qui, par essence, nous échappe, mais à épouser souplement les aléas de la vie.

Le déni de soi est bien une forme d'orgueil dont les rêves nous invitent à nous débarrasser. En voici un exemple.


Interprétation de « Rentrée »

C’est la rentrée: une nouvelle ère, une mise en route.

A l'époque, je commence une formation à l'interprétation des rêves, le sens du symbole est clair.


Dans ce rêve, j’ai l’impression que je dois suivre des cours que je ne suis pas capable de suivre: des cours d’anglais et de mathématiques.


Qu’est-ce que l’anglais?

Pour moi qui exerçait encore à l'époque du rêve le métier d’interprète de conférence, l’anglais est une langue polluée. On la parle mal, on la traduit mal, les gens croient la comprendre et se fourvoient, c’est une langue malmenée. Dans ce rêve, l’anglais symbolise la langue des rêves, de l’âme humaine « English », ou « Englisch », « Engel-isch », la langue des anges (Engel, angel), les messagers de Dieu, les rêves. C’est la langue de l’inconscient. Qui, effectivement, est généralement bien mal comprise et mal traduite!

Et les mathématiques? C’est une science exacte qui permet de déchiffrer. Tout s’éclaire alors, c’est esthétique. Or les rêves sont de la poésie mathématique! Ils fonctionnent la plupart du temps par métaphores, par images poétiques que l’on doit interpréter terme pour terme, avec une rigueur toute mathématique!

L’interprétation des rêves n’est pas le fruit d’une illumination mais l’alliance entre poésie et mathématique. Derrière la fantaisie des images se cache une logique qu’il est question de découvrir.

Ainsi ce rêve m’indique que j’aborde une nouvelle époque (rentrée) et qu’il est question de me former à l’interprétation des rêves (avec l'anglais et les mathématiques, la rigueur pour déchiffrer la langue des anges), ceci va faire partie de mon métier. Les rêves sont facilement interprétés n'importe comment ou de manière incomplète (pour vous en convaincre, allez voir les forums ou dictionnaires de rêves où l'on peut lire tout et son contraire) . Pour être interprète de rêves, il convient donc de comprendre ce que d’autres ne comprennent pas et malmènent.


Or, je me dis que je n’en suis pas capable: c’est moi qui m’accuse, alors que les autres m’accueillent. Je m’accuse gratuitement! Je tiens un discours intérieur toxique et paranoïaque (j'ai déjà développé dans "Créativité printanière"). Je fais preuve de méchanceté envers moi-même. Du coup tout le monde se demande ce qui m’arrive, pourquoi je rase les murs. Pourtant, on me fête, on fête ma présence. C'est mon anniversaire (une nouvelle année de vie s'ouvre, le symbole est le même que celui de la rentrée). Et en plus, j’ai ma place: « comme il se doit ».

Ma voie est l’interprétation des rêves. L’idée que ce soit un destin est évoquée.


Des cours particuliers me sont proposés par le rêve, par une camarade qui est une femme mûre (quelqu'un qui a suivi une formation et qui transmet ses apprentissages et son expérience).

Je mettrai ça effectivement en route dans le monde extérieur. Je m’appuierai sur mes atouts pour avancer: je sais m’exprimer, présenter, écrire… Et écouter!

Au lieu de me dire que j'ai du retard accumulé (je rêve depuis toujours et ne commence à les étudier sérieusement qu'en 2016). Et surtout au lieu d'avancer dans la vie en car, qui est une façon de se déplacer collective.


C’est ainsi que ce rêve a permis une mise en route ainsi qu’une prise de conscience: celle d’un discours intérieur handicapant. Je suis plus vigilante depuis, d'autant plus que j’ai pu le constater dans d’autres domaines de ma vie: trop d’exigence finit par paralyser, tuer l’initiative et démotiver. Au final, le résultat est creux, sec. Un peu plus tard, au cours de ma formation, il m’est arrivé d’avoir la sensation que les rêves me morigénaient systématiquement. Je pense aujourd’hui que les rêves voulaient me faire prendre conscience, là encore, de l’usure intérieure que générait en moi ces critiques inconscientes, comme s’ils m’avaient crié: « regarde comme c’est pénible! Voilà ce à quoi tu te soumets… Te brimer ne donnera rien d’autre que morne improductivité ».


J'imagine ne pas être la seule à avoir eu du fil à retordre avec cette forme d'orgueil là. C'est la raison pour laquelle j'ai pris ce rêve en exemple.

Les rentrées se succèdent, se présentent à nous encore et toujours. Quelle est la vôtre? Quelle entreprise (au sens propre ou figuré), quelle aventure, quelle inédite sensation, quelle expérience, quelle tentation vous attend? Ecoutez vos rêves, votre intuition, vos désirs, percez le mystère de cette poésie mathématique et lancez-vous!


Afin de laisser toute la place à l'inspiration, il convient d'abord de prendre des vacances. Ce symbole dans nos rêves est à prendre au pied de la lettre: la vacance, c'est le vide, ce qui est vacant. Libre. Disponible. Soyez disponibles pour accueillir le souffle des anges qui murmurent en rêve, inlassablement, ce que vous êtes venus incarner sur Terre.


Je vous souhaite de bonnes vacances!