• lesensdesreves

Une aide à la prise de décision - 2ème partie

Mis à jour : mars 27

J’ai expliqué ici il y a quelques semaines comment un rêve interprété peut s’avérer être une mine de renseignements pertinents et orienter correctement nos choix. En effet, le rêve est une porte ouverte sur l’inconscient et notre inconscient SAIT ce qui est juste pour nous. Les conseils ou les avertissements reçus en rêve sont toujours judicieux.

Tout mon travail réside ici: faire passer ce message. Sensibiliser mes lecteurs à l’importance de leur boussole intérieure, qui s’exprime par les rêves. Sans savoir ce qui est bon pour nous, ce que nous désirons vraiment (et c’est une maladie largement répandue: nous sommes coupés, par conditionnement, de nos ressentis et ne savons plus du tout ce que nous voulons vraiment), nous en sommes rendus à faire confiance à des références extérieures. Celles-ci prendront la forme, au choix et suivant les périodes de notre vie, de nos parents, nos patrons, nos professeurs, nos voisins (!), nos gourous, l’environnement social et culturel dans lequel nous évoluons. Bref, nous cherchons à nous adapter à ceux que nous croisons sur notre route, dans une quête parfois pathétique pour nous conformer et donc réussir, pensons-nous.

C’est une façon de faire qui peut porter ses fruits.

Seulement, si c’était une façon de faire qui nous rendait profondément heureux, nous n’en serions pas là aujourd’hui. L’état de frustration ou de surmenage dans lequel baigne une majorité de nos contemporains au travail ou en privé n’est plus à démontrer.

Je suis convaincue que c’est en soi qu’il convient de regarder, et non dehors, pour avoir, enfin, les clés d’une vie sereine qui ne nous prenne plus à rebrousse-poil. D’ailleurs, je ne suis pas la seule à claironner que les réponses que l’on cherche en s’affolant d’un modèle à l’autre sont, en réalité, déjà là, à l’intérieur de soi. Les pratiques abondent pour se relier à soi, et c’est tant mieux!

Ecouter ses rêves va exactement dans ce sens.

Le rêve n’est pas maîtrisé, c’est notre corps qui s’exprime (c’est un phénomène physiologique) et notre petite voix intérieure, notre essence, notre inconscient viennent y donner leur point de vue.

Il m’est arrivé de me retrouver dans des situations inextricables, dont je me suis tirée en appliquant les conseils d’un rêve… alors que mon raisonnement m’emmenait ailleurs. Le rêve avait raison, pourtant. Mille fois raison! Et je lui dois d’avoir pu dénouer des conflits mortifères, fait des choix essentiels pour ma carrière et pris conscience de mon pouvoir à faire changer les choses radicalement dans la sphère privée et professionnelle. Dans tous les cas particuliers auxquels je pense en écrivant ces lignes, la logique et le discernement conscient m’ont été utiles pour déchiffrer le rêve. Le mental s’est mis au service de ma voix intérieure (et c’est d’ailleurs sa place, il est serviteur et non despote, comme on a tendance à l’oublier!). Les rêves d’ailleurs le montrent eux-mêmes: l’un de leurs thèmes favoris est la coopération des contraires (conscient/inconscient notamment). Au rêveur de voir comment il va traduire ce conseil concrètement dans sa vie de tous les jours.

Et oui, interpréter un rêve n’est d’aucune utilité si on n’applique pas le message dans notre vie quotidienne. C’est comme lire un livre sur la méditation. Si on ne médite pas, on aura tout compris en théorie mais rien fait du tout. Donc rien compris, au fond.

Comme je le promettais dans un précédent post « une aide à la prise de décision », je donne ici un exemple pour montrer comment on s’y prend:

Attention, aucun rêve n’existe sans son contexte et la personnalité du rêveur. L’exemple ci-dessous est valable à un moment donné et pour une personne donnée. Les interprétations ne sont pas transposables.


Je rêve d’Isabelle Vauzelle

Mon compagnon me dit « nous allons à l’université, rencontrer Isabelle Vauzelle. L’université est blanche, avec une cour carrée et quatre tourelles de style espagnol (je m’imagine l’Alhambra à Grenade), les tours sont carrées et ciselées. Le ciel est d’un bleu intense, lumineux, les couleurs sont saturées. Je vois l’ensemble en contre-plongée. Isabelle Vauzelle se présente sous les traits de P. (en réalité une collègue interprète travaillant à Bruxelles).


Contexte: je me posais des questions sur la manière dont je pourrais réunir deux de mes aspirations les plus vives: développer une activité autour du monde des rêves -devenir une interprète du subtil- et travailler en contact avec les chevaux et la nature.


Interprétation (non exhaustive, ce serait trop long ici):

Mon compagnon: littéralement « l’homme qui m’accompagne ». C’est à dire, une facette « masculine » de ma personnalité: celle qui fait, qui agit, qui combat (éventuellement). Le rêve me propose d’agir, d’entreprendre quelque chose.

L’université: un cadre dans lequel se forment des adultes. Plutôt de haut niveau. A portée universelle. Je dois entreprendre de me former et ce que j’apprendrai aura valeur universelle et/ou me permettra de mieux comprendre l’univers.

Les couleurs sont intenses: les émotions (pensez à l’expression « il est passé par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel », « en voir de toutes les couleurs ») sont intenses et fortes. C’est prometteur!

Les couleurs sont lumineuses: cet apprentissage peut jeter la lumière sur ce qui a besoin d’être éclairci dans ma vie (et l’expression « faire un choix éclairé » me vient à l’esprit) ou alors il est question d’illumination, au sens spirituel.

Les couleurs dominantes sont le bleu et le blanc: le bleu évoque la royauté, le ciel, le divin. Le blanc (ici) la pureté, la lumière. Cet apprentissage aura un aspect spirituel, il me permettra d’éprouver de la joie, de la lumière et d’entrer en contact avec le subtil (comme le rêve d’ailleurs, mais là, c’est moi qui l’ajoute).

La cour est carrée et il y a 4 tourelles: le symbolisme du 4 est richement étudié par la psychologie des profondeurs (C.G. Jung) et l’alchimie ou le Yi-King. Loin de moi l’idée de vous faire ici une conférence (mais vous en entendrez parler dans mes séminaires). Je choisis, en accord avec l’alchimie, de mentionner brièvement que le 4, dans les rêves, peut nous inviter à préférer la plénitude à la perfection. C’est dans cet esprit que je le comprends et pense que l’apprentissage que je dois faire sera à aborder selon cet angle: je ne devrai pas attendre de tout savoir (c’est à dire indéfiniment) pour me lancer.

Le style de l’architecture: ceci peut me renseigner sur la façon dont cet apprentissage sera construit. Je ne le développe pas ici, car nous nous perdrions dans les détails, mais lors d’une analyse de rêve complète, fouiller le rêve jusque dans les moindres recoins fera naturellement partie de l’étude. En guise d’indice, on peut retenir l’étymologie de termes comme « alhambra » et réfléchir à ce qu’évoque cette période de l’histoire pour moi.

La contre-plongée: cet apprentissage me permettra de m’ouvrir à un renversement des valeurs ou alors chamboulera ma façon de voir le monde.

Isabelle Vauzelle et P.: qui est cette personne? Elle se présente sous les traits d’une collègue interprète. Pour moi, et pour moi uniquement, les interprètes (de conférence) symbolisent souvent les interprètes de rêves en songe. Dans ma situation, vu que je suis passée, dans la vie, d’être une interprète de langues étrangères à une interprète de rêves, du tangible au subtil, ce parallèle a tout son sens.

Donc le rêve me propose une énigme: j’ai un apprentissage à mettre en place, concrètement et réellement. Il revêt toutes les caractéristiques décrites ci-dessus. Il me sera transmis par une femme qui est aussi une interprète du subtil. Parfait.

Mais Isabelle Vauzelle? Je ne connais personne de ce nom. Je retourne l’allitération dans tous les sens, en espérant trouver un anagramme, une clé. Rien.

Ne sachant plus à quel saint me vouer, je tape Isabelle Vauzelle sur internet. La première occurence, en première page sur le moteur de recherche, est frappante: une certaine Isabelle Vauzelle parle d’équicoaching dans un commentaire sur les réseaux sociaux. Les deux termes sont côte à côte.

Vous vous souvenez du questionnement qui m’occupait alors, du contexte? Le rêve me propose, pour développer une activité autour des rêves, des messages provenant de l’intérieur, du subconscient et allier ceci avec mon amour de la nature et des chevaux en particulier, d’apprendre l’équicoaching.

Vous connaissez la suite, que je décrivais dans le premier post sur ce sujet. Une fois que j’ai compris, pour moi, quel était le conseil que me prodiguait ma boussole intérieure, je n’ai pas lésiné et suis aujourd’hui interprète de rêves ET équicoach. Toutes les promesses du rêve quant aux avantages de ce nouvel apprentissage se sont avérées justes.

Je suis allée chercher l’après-midi du rêve de vieux manuels d’équitation à la cave. Ils avaient été édités au siècle dernier chez « Lavauzelle »!!

L’inconscient et les rêves adorent les clins d’oeil, les jeux de mots et les synchronicités.

Je remercie ici en tout cas chaleureusement Isabelle Vauzelle, coach présente sur les réseaux, qui m’a aidée à son insu à cheminer vers ce nouvel objectif. Nous sommes tous reliés 😉


#équicoach #rêves #coaching #interprètederêves #miroirdelinconscient


Pour aller plus loin c'est ici et là aussi